Dans tes bras

Serait-ce ton odeur dans le creux de ton cou ?
La douceur des cheveux effleurant mon visage ?
Les yeux fermés je vois comme un doux paysage
Dont les monts et vallées pourraient me rendre fou !

Est-ce la sensation de tes seins contre moi,
Doucement appuyés comme une invitation
A des plaisirs emplis de toute la passion,
Qui fait monter ainsi le trouble de l’émoi ?

Que j’aime à ressentir de tes bras la ceinture,
Mon aimée qui réveille le trésor dans mon cœur,
Et fait fondre en trois mots, et mes doutes, et mes peurs,
Embrassant le tableau dont je suis la peinture.

Vivre sans point de vue…

… avec Jean Bouchart d’Orval. Tiens ! Encore un québécois… Coïncidence ? 😉

Jean nous invite à vivre avec passion… en ayant lâché l’illusion d’avoir un point de vue…

 

 

 

Ou encore, vivre en poète… juste être…

 

 

Pour Nadia et Christian qui ont la joie d’aller à la rencontre de ce grand absent de la personnalité…

La Grande Joie

Connaissez-vous Betty ?

Je ne vous cache pas qu’aujourd’hui, ce sont les témoignages directs qui me parlent le plus… à commencer par Tony Parsons (le livre Ce Qui Est, notamment).

Et quand j’écoute Betty, qui présente l’avantage de parler français… enfin… québécois, j’ai vraiment le sentiment d’avoir la même résonance. Je ressens de plus en plus souvent le frôlement avec ce dont il est question. Et je vous invite à ce partage au travers des vidéos :