L’absolu est ici

ACCEPTER LES ÉVÉNEMENTS

Le monde est libre, vacant, ouvert, sitôt apparu, sitôt disparu ! Il n’y a pas d’acceptation ou de refus possible car l’apparition même du monde signe sa disparition. Ce qui est vu n’est pas en train de se produire, n’est pas en train d’apparaître. Si c’était le cas, il serait effectivement possible de choisir ce qui fait notre affaire et de rejeter le reste, de fixer le monde par une retenue et ainsi espérer changer le cours des choses. En réalité, le monde qui est vu, est vu parce qu’il est en train de disparaître. S’il n’était pas en train de disparaître, il ne serait pas là. Il est déjà complet, réalisé, terminé. C’est un potentiel ultime, rempli de toutes les possibilités qui, une fois écloses, disparaissent, disparaissent parce qu’elles éclosent… À quelle place, à quel endroit, où un choix pourrait-il être posé ? Comment quelque chose qui bouge sans cesse et trompe la vue physique pourrait-il être retenu comme m’appartenant ? La décision d’accepter ou pas la vie, une situation ou un événement est simplement impossible et c’est douloureux de continuer à forcer en ce sens.

L’éveil est une tombée dans le vide qui n’en finit jamais. C’est une immense relaxation sans personne qui relaxe. Simplement, l’état de non-retenue est un état totalement relaxé qui sait pourtant agir lorsque cela le requiert. Et s’il y a attachement pour garder l’état d’être « totalement relaxé », c’est foutu et cet état disparaîtra instantanément. Il n’y a rien à retenir pour être déjà soi et le moindre mouvement vers soi est un mouvement contre ce qui est déjà là. Devant le miroir, quel geste y a-t-il à poser pour se voir?

 

— L’absolu est ici, de Christine Morency

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.