Ode à la joie

Quand tout t’abandonne
Quand il ne reste plus que l’espoir
Et que même à cet espoir tu n’as plus envie de t’accrocher

Quand tout t’abandonne
Quand seule la solitude EST
Quand tu voudrais encore faire semblant

Quand tout t’abandonne
Quand plus rien n’est à toi
Quand toutes tes constructions sont par terre

Quand tout t’abandonne
Quand la quête de sens, même… n’en a plus

Quand tout t’abandonne
Quand c’est le désert qui te traverse
Quand rien et tout sont devenus synonymes

Quand tout t’abandonne
Quand le silence s’installe
Quand tu as peur du vide dans lequel tu dois (tu vas ?) sauter

Laisse tomber la dépouille
Jusqu’à ce que seule reste la joie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *